Concours Un des Meilleurs Ouvriers de France

Manifeste du COET MOF

Manifeste du COET MOF

Date : Publié par

                                                            Paris le 3 avril 2018,

 

À l’heure où quelques Meilleurs Ouvriers de France, remettent en cause l’organisation et la valeur du concours « Un des Meilleurs Ouvriers de France », concours diplômant régi sur délégation de service public, par le COET-MOF (Comité d’organisation et des expositions du travail et du Concours "Un des Meilleurs Ouvriers de France"), nous, élus du conseil d’administration représentant les Interprofessions représentatives du corps social français, Meilleurs Ouvriers de France, Présidents de Classe en charge de l’organisation des jurys de classe, membres des jurys de classe, représentants des corps d’inspection de l’Éducation nationale, représentants d’associations professionnelles, soutenons le COET-MOF ainsi que le Ministère de l’Éducation Nationale, gardiens des valeurs diplômantes du titre « Un des Meilleurs Ouvriers de France ».

Nous rappelons et affirmons que seules les branches professionnelles rattachées aux organisations interprofessionnelles représentatives, sont appelées à définir les référentiels d’excellence des savoir-faire, et qu’elles sont garantes du niveau requis de l’excellence des candidat(e)s dans leur classe métier, en proposant les membres des jurys de classe et les choix de sujet appropriés.

Nous soutenons le COET-MOF, qui lors de ce 26ème  concours « Un des Meilleurs Ouvriers de France », a veillé au respect des règles les plus fondamentales qui régissent les concours et les examens de l’Éducation nationale, à savoir par exemple que toute personne ayant participé à la préparation ou à la formation du candidat, les parents ou alliés du candidat, de même que l’employeur ou un employé du candidat, ne peuvent être nommés membres des jurys de classe.

Nous soutenons le COET-MOF, qui a refusé les comportements de certains membres des jurys de classe qui relevaient du conflit d’intérêt.

Nous soutenons le COET-MOF, qui lors de ce 26ème  concours « Un des Meilleurs Ouvriers de France », a impérativement veillé au principe d’égalité de traitement des candidats devant le concours, en veillant à la précision des travaux demandés et à celle des grilles d’évaluation.

Nous refusons qu’au nom d’intérêts particuliers, corporatistes ou mercantiles, l’organisation du concours réside entre les mains exclusives d’anciens diplômés hors de toute garantie de neutralité, d’ouverture et de pluralité des parcours, d’équité pour les candidats et d’ouverture sur de nouveaux métiers, avec pour finalité de servir la promotion de l’excellence professionnelle.

Nous souhaitons plus que jamais l’engagement des Interprofessions et des branches professionnelles qui s’y rattachent et des ministères de la République (Éducation Nationale, Travail, Agriculture, Économie et Outremer) pour que ce diplôme d’État reconnu de niveau III « Un des Meilleurs Ouvriers de France », participe de la promotion de l’excellence « à la française » dans plus de 232 métiers, objet des statuts du COET-MOF.

Nous, signataires de ce manifeste, soutenons le COET-MOF et défendons le diplôme « Un des Meilleurs Ouvriers de France » issu de la 1ère Exposition nationale du Travail et du concours diplômant tel qu’il est a été conçu et organisé il y a près d’un siècle, par la volonté commune des pouvoirs publics français et de l’intégralité des chambres syndicales patronales françaises.

Les statuts de l’Association ayant confirmé l’objet du COET-MOF lors de l’AG extraordinaire de 2016, à Tours et le rôle conjoint des pouvoirs publics et des partenaires sociaux dans son organisation.

 

Signataires :

 

Christian Forestier – Président du COET-MOF

Bernard Hibert – Vice-Président

Jean-Marc Schaffner – Trésorier

Claude Moutailler – Secrétaire

 

Témoignages :

 

"J’apporte mon total soutien au COET-MOF et reste un fervent défenseur du concours diplômant « Un des Meilleurs Ouvriers de France » issu de l’enseignement technique et de Education Nationale,  conçu et organisé, il y a près d’un siècle, par les pouvoirs publics et l’intégralité des chambres syndicales (OP). COET-MOF qui veille au respect des règles fondamentales qui régissent le concours et les examens de l’Education Nationale.

J’approuve, je persiste et je cosigne ce manifeste ! 

Enfin enchanté et ravi par ces décisions exemplaires qui font respecter le règlement du concours.

Bravo et merci, pour ces lettres ouvertes (à toutes et à tous) chargées de réponses  parfaitement précises, explicites et objectives adressées (a certains présidents de jurys demis de leurs fonction a l’exemple de M Janier…. ) Merci, Monsieur Norbert Perrot Président du Jury Général, Inspecteur général de l’éducation nationale, d’avoir le courage de dire des vérités et de faire appliquer les règles fondamentales connues de tous..et souvent bafouées. 

J’approuve aussi la réponse faite par le secrétaire Général du COET Jean Luc Chabanne, paru sur le journal « Lyon Capitale »  sous le titre « pas de banalisation du MOF »  le Coet répond à Janier; - qui lui remet les pendules à l’heure en précisant le règlement et le renouveau du concours.

Janier dit : "le COET veut 4000 MOF". Un mensonge délirant  d’un ancien Vice Président du COET….Honte à lui !

La vérité la voici: 25e concours, rythme moyen, 2800 Inscrits, seulement 1500 présents, 762 qualifiés, 575 seulement présentent l’oeuvre finale et 225 ont obtenu le titre de MOF, dont 164 chef d’oeuvre perennes !

Utopique !!! pour avoir 4000 MOF il faudrait même en donnant le titre avoir plus de 8000 oeuvres finalistes…impensable, irréalisable !

Je remercie toute la grande famille du COET-MOF qui oeuvre toujours et encore pour préserver l’excellence de nos vrai métiers et les valeurs du titre de Un des Meilleurs Ouvriers de France, sous l’égide de l’enseignement technique et de l’Education Nationale."

Edgard LLOPIS,  Maître Artisan, MOF ébéniste 1972 - Ex expert judiciaire
Commissaire 11- LR-15e au 25e.- Vice Président Jury Ébénisterie 16e -26e

 

“Nous avons avec Bernard Gicquel (MOF carrosserie) créé le concours MOF peinture en carrosserie automobile au cours de l’année 2017 puisque dans ce métier il n’existait pas. Il nous a fallu faire le référentiel puis élaborer le sujet des épreuves qualificatives et finales ainsi que les barèmes de corrections avec des critères bien précis.

Si nous avons eu des petits problèmes de rédaction et de compréhension sur les critères avec l’inspecteur général mandaté par le COET, après différents échanges nous avons pu trouver des solutions à nos différents.

Pour l’épreuve qualificative, deux inspecteurs de l’éducation nationale étaient présents pendant la durée des épreuves ainsi qu’à la délibération du jury.

L’inspectrice présente a, après relecture, validé définitivement le sujet.

Ces inspecteurs se sont cantonnés à superviser le concours pour son bon déroulement n’intervenant que lorsqu’un candidat a eu un comportement désagréable vis-à-vis des correcteurs, du personnel technique et des candidats.

Au cours des délibérations du jury les inspecteurs ont donné leurs avis sur la note éliminatoire comme d’autres membres du jury et nous avons retenu une note butoir sans aucune pression des inspecteurs.

Nous pensons que le fait d’avoir une institution de tutelle comme l'éducation nationale permet un contrôle positif pour le concours.”

Les Présidents de la classe en Peinture automobile Jean-Jacques BALAN & Bernard GICQUEL.

 

"Monsieur le Président,

Je trouve triste cette situation qui est dommageable pour le titre tant convoité de "Un Des Meilleurs Ouvriers De France " qui, du fait du comportement de certains présidents de classe, nous éloigne de l'excellence demandée à nos candidats.

Le président de classe se doit de mettre en place le concours dans l'intérêt des candidats et du metier, non pas pour son intérêt personnel ou son ego.

En ce qui concerne la Classe Barman, les épreuves qualificatives se sont déroulées comme il se doit avec en amont les réglages nécessaires à la nouvelle organisation du concours. Et je remercie les membres du COET, les membres du jury général et les membres du jury de classe avec lesquels j'ai pu mettre en place les ateliers.

Je vous assure de mon soutien dans l'avenir pour que ce concours de l'excellence perdure.

Guy Musart"

Guy Musart
Président MOF Classe Barman


 

« Que le MOF soit contrôlé par le COET est une très bonne chose. Nous savons tous que certains concours sont opaques, et que les gagnants ne sont pas toujours les meilleurs candidats. Dans combien de concours les notes sont accompagnées de remarques ? Cela devrait être toujours le cas. Lorsque j’ai organisé les épreuves cette année, des inspecteurs vérifiaient les rotations des candidats, le système de notation, l’anonymat des candidats, en rien ils n’ont dérangé le déroulement des épreuves. Pour ma part en tant qu’organisateur j’ai appris le sujet le jour même pour ne pas qu’on puisse dire qu’il y avait des fuites. C’est en continuant à miser sur la rigueur de ce concours qu’il perdurera car les lauréats savent que leur médaille à une valeur qui ne peut être contestée. »

Gil GALASSO,
MOF Maître d’hôtel et arts de la table et Membre du jury

 

« Président de classe Maître d'hôtel, du service et des arts de la table depuis 2008, j’ai eu l’occasion de constater l’évolution du travail du COET MOF qui veille au respect de l’équité des chances pour chacun des candidats dans l’obtention d’un diplôme équivalent à un Bac+2. Le président de classe et les membres du jury décident des sujets d’épreuves mais il est tout à fait normal que le COET, qui est mandaté par l’Éducation nationale, ait un droit de regard sur le bon déroulement des épreuves et la plus grande transparence, notamment en matière d’utilisation des fonds versés pour leur organisation. »

Gérald CANFAÏLA,
MOF Maître d'hôtel, du service et des arts de la table
Président de classe Maître d'hôtel, du service et des arts de la table

 

« J’ai su, avant toute autre chose, que, étant Président du Jury Couture/Prêt- à-Porter , je ne pouvais pas avoir plus que la moitié  de MOF dans mon Jury. Ça m’a semblé tout à fait normal !

D’autre part , je tiens à préciser que j’ai présidé dans ma longue carrière des dizaines de Jury de Concours de Mode (France , Italie, Chine, Japon), mais que jamais je n’ai eu à faire avec un règlement aussi rigoureux que celui des MOF. Un exemple : à ce jour, 4 mois après les épreuves de qualification, je ne connais toujours pas les noms des candidats, même de ceux qui ne vont pas participer à la Finale du Concours.  Je ne connais que des numéros…..

Très important : j’ai travaillé avec des Inspecteurs très professionnels et très conscients du travail de surveillance et de rigueur qui leur était demandé pendant et après les épreuves.

Un autre exemple : la complexité des explications écrites par rapport aux points, pour chaque donnée de l’Epreuve. Je n’ai pas vu l’ombre d’une quelconque « opacité » pendant ce Concours.

Pour ce qui est des Fournisseurs de tissus pour les Epreuves Finales, une convention a été signée en totale transparence. »

 

Angelo TARLAZZI
Président du jury de la classe Prêt à porter couture jour et de la classe Prêt à porter flou robe du soir.

 

"Je vous remercie de la transmission de votre courrier, j'ignorais ce mouvement " 100 MOF en colère" , que je trouve plutôt pitoyable : votre droit de réponse est clair et net .
J'espère que les choses vont rentrer dans l'ordre, et les personnes qui ont reçu ce titre prestigieux, auront à coeur de défendre celui-ci en toute intégrité, et respect .
Bien cordialement
Isabelle de Marseul-Montéran"


Isabelle de Marseul-Montéran
Laquiste MOF 1994
Vice-présidente de la classe Laqueur

 

"Cher Christian bonjour,
A vous lire je suis stupéfait et sans voix et même choqué que 2 Classes M.O.F puissent répandre de tels propos et se comporter de la sorte !
A la Rochelle, lors de notre sélection M.O.F Classe Bar et en tant que Président de l’Association des Barmen de France, j’ai eu l’occasion d’échanger sur le sujet avec notre Président de Classe Bar Guy Musart et Stéphane Antoni. Je suis pour ma part, totalement en accord avec vous et l’organisation le C.O.E.T et je salue au passage votre action.
Je souhaitais, au nom de l’Association des Barmen de France, vous assurer de mon total et entier soutien. Nous, professionnels des Métiers du Bar, reconnaissons l’impérieuse nécessité d’une telle organisation et chacun doit en accepter le concept ainsi que ses process et procédures.
Vous êtes le C.O.E.T - MOF le gardien de cette institution « Un des Meilleurs Ouvrier de France » et le garant auprès de l’Education Nationale.
J’appelle juste mes homologues des Classes « Fromagers et Charcutiers-Traiteurs » à un peu plus de discernement et aussi de tolérance. Nul ne peut, sous prétexte de défendre ses propres intérêts confondre autonomie et indépendance et salir ainsi l’organisation.
Au plaisir de vous rencontrer un jour prochain.
Dans cette attente je vous prie de croire en ma parfaite considération et vous adresse mes sentiments respectueux.
Cordialement, René"


René DELVINCOURT
Président de l’Association des Barmen de France «Fédération des Métiers du Bar» ABF-FMB

 

"Le COET-MOF est le garant de la neutralité et du respect du règlement du concours menant au titre "Un des Meilleurs Ouvriers de France" . C'est toujours avec les professionnels MOF et non MOF que les évaluations sont réalisées. Les "Meilleurs Ouvriers de France" présidents de classe se doivent de réunir un jury paritaire (MOF et non MOF) de professionnels pouvant juger d'un ouvrage ou d'une prestation du niveau de l'excellence dans leur métier. Pour un candidat, être qualifié puis promu au titre "Un des Meilleurs Ouvriers de France" représenté un défi personnel et professionnel qu'il a pu gagner. C'est un moment fort dans sa vie. Par respect pour le métier, on se doit humilité devant la matière et compétence dans sa maîtrise. Je connais des présidents de classe qui valorisent ces aspects et qui sont fiers de remettre la médaille et le ruban tricolore quand la réalisation de l'épreuve et /ou son résultat correspond aux règles de l'art et non à des règles ni commerciales ni vénales qui n'ont pas eur place dans ce concours. Il est bon de le rappeler et le COET -MOF ne fait que son devoir en le faisant."

Marie-Brigitte DUVERNOY, MOF piano d'art , déléguées départementale du 06 depuis 2008.
Présidente bénévole de l’association "Boisselot et Fils , Marseille" Boisselot & Fils Pianos Musique et Patrimoine, une collection de pianos historiques du facteur marseillais
Membre du Conseil d'administration du COET-MOF

 

"Je tiens ici à apporter tout mon soutien au COET MOF.
Je regrette que quelques uns puissent détourner pour leur propre intérêt, l'organisation, le non respect de neutralité, l'aspect financier...
Sachons nous dépasser pour donner le meilleur de nous-même à cette grande manifestation qu'est le concours "Un des Meilleurs Ouvriers de France" et dont je suis fier d'être un membre actif.
Cordialement."
 
Gérard DeFrance, Président de jury - serrurerie, métallurgie, ferronnerie d'art.
 

"Dans le respect du règlement du concours menant au titre ‘Un des Meilleurs Ouvriers de France’, le Jury de la Classe Soudage Manuel des Métaux respecte la pluralité de la représentation (MOF, Représentants de l’Éducation Nationale, Professionnels, Experts). Ce jury paritaire permet l’échange, le débat des positions et la vision de l’excellence attendue dans ce métier manuel.

Cette exigence, correspondant aux règles de l’art et la dextérité de conduite d’un bain de fusion, permet de vérifier que le niveau requis, ne diminue pas depuis 50 ans.

Dans le cadre de l’épreuve de qualification, nous avons aussi noté le professionnalisme de l’Inspecteur présent, tant au niveau métier que surveillance des épreuves et esprit du concours.

Son éclairage du concours et l’animation apportée ont permis un bon déroulement des épreuves ainsi qu’un échange constructif avec le Jury.

J’apporte donc mon entier et total soutien, au COET-MOF qui est à mes yeux le garant de la neutralité et du respect vis-à-vis du règlement du concours.

De plus je tenais à remercier tous les bénévoles (membres du COET, membres du jury général, membre du jury de classe) qui œuvrent

pour garder cette excellence liée au concours ‘Un des Meilleurs Ouvriers de France’.

Jean-Michel MEIRHAEGHE, Président MOF Classe’ Soudage manuel des Métaux’

 

"J’ai pris connaissance du Manifeste que je soutien pleinement

Comme le C.A. du COET MOF, ma volonté est de promouvoir l’ EXCELLENCE DES METIERS et LE TITRE DE “UN DES MEILLEURS OUVRIERS DE FRANCE” les maintenir à leur niveau actuel sous l’égide de l’Education Nationale.

Mes professions “Charpente – Menuiserie”, sont à l’origine du concours, certaines nouvelles professions ne peuvent pas en dire autant.

Avec le COET MOF, continuons à préserver les valeurs sociales et à valoriser l’excellence professionnelle.

RECEVEZ TOUT MON SOUTIEN."

Jean-Pierre GOURSAUD
M.O.F Menuisier 1965 et M.O.F.Charpentier 1968

Membre du Jury Menuiserie depuis 1968 (du 12èmeau 25ème concours),
Commissaire délégué depuis 1995 (20ème au 26ème concours).

Contacter le COET-MOF

COET-MOF
61-65 rue Dutot
75015 - Paris 15
Téléphone : 01 55 55 98 49
Fax : 01 55 55 99 19





Votre message a bien été envoyé.