Témoignage de Thomas WATTEBLED, lauréat de la 26ème promotion "Un des Meilleurs Ouvriers de France"

Actualités

Témoignage de Thomas WATTEBLED, lauréat de la 26ème promotion "Un des Meilleurs Ouvriers de France"

Date : Publié par

 

     

 

  Thomas WATTEBLED, classe "Prêt à porter" - Métier du vêtement.

 

 

 

    • Comment avez-vous découvert le concours "Un des Meilleurs Ouvriers de France" ?

    J'ai découvert le concours il y a plusieurs années de cela, lors de mes études. Mes professeurs parlaient du niveau qu'il était possible d'atteindre dans notre métier si l'on s'en donnait les moyens. Les grandes maisons, le Concours Général des Métiers, et forcément les Meilleurs Ouvriers de France m'ont de suite motivés. A cette époque, malgré mon jeune âge (je n'avais que 14 ans) et même si cela me faisait complètement rêver, je ne pensais absolument pas que j'y participerai un jour.

     

    • Pourquoi avoir voulu y participer ?

    Il faut savoir que dans les métiers d'arts, le quotidien n'est pas toujours facile. J'avais beaucoup de mal à accepter les compliments en dehors de mes proches, lors de défilés ou d'expositions, par pudeur ou humilité d'une part, et de l'autre parce que je me disais que ces personnes ne sont pas objectives sur la qualité, elles sont justes admiratives d'un travail fait main et d'une créativité. A une période de ma vie, j'ai ressenti le besoin d'être confronté à un avis professionnel pointu et exigeant dans ce métier, afin de savoir si ma qualité de travail était avérée ou non. Ainsi, le concours "Un des Meilleurs Ouvriers de France" m'est apparu comme une évidence. C'était ce dont j'avais besoin pour évoluer et obtenir une opinion neutre sur mon travail.

     

    • Quel âge aviez-vous lors de votre inscription ?

    J'avais 26 ans lors de mon inscription en Mars 2017.

     

    • Vous êtes lauréat de la classe "Prêt à porter", pourriez-vous nous décrire votre projet qui a su séduire les jurys d'experts ?

    Il y a tout d'abord eu une première épreuve qualificative à l'automne 2017. Cette épreuve durait 10h. Pour celle-ci, il fallait réaliser une blouse et son patron, avec des critères imposés : utiliser du crêpe comme matière, réaliser un drapé, une incrustation de dentelle, une manche longue avec poignet.

    Cette épreuve se basait autant sur la technique que la créativité, étant donné que le choix des matières et de l'esthétique du modèle que nous           allions présenter était à notre guise.

     

    Pour l'épreuve finale, qui a eu lieu à l'automne 2018, nous disposions de 30h. Afin que tout le monde soit sur un pied d'égalité, le projet était cette fois-ci totalement imposé : sujet, croquis, matières premières. En arrivant en salle d'épreuve, le premier jour, nous avons découvert le sujet qui allait hanter nos nuits pendant une semaine. Nous devions réaliser une robe de soirée, bustier, de forme sirène, et un boléro assorti, chaque pièce devant être entièrement doublée.

    La matière demandée est un très beau tissu lamé, apportant une brillance très particulière, mais aussi une complexité de travail, ce qui justifie la renommée du concours. Pendant ces 30h de projet : 10h (1 jour complet + 1 matinée) était nécessaire pour réaliser la patron complet de la robe et du boléro, en vue de présenter la toile complète de notre modèle sur mannequin. Les 20h restantes devaient permettre de décatir les matières premières, réaliser des essais de finitions, couper les éléments dans les différents tissus, et enfin, confectionner la tenue.

     

    • Combien de mois ou d'heures de travail ont été nécessaires pour votre préparation à ce concours ?

    Je ne saurais quantifier exactement le temps de préparation que j'ai pris. Surtout, je pense que je prendrai en compte toutes mes années d'études, les années de travail en entreprise, et surtout les soirées entières après le travail et les week-ends à coudre, à tester de nouvelles choses pour être toujours plus performant, plus organisé, plus précis. Je pense réellement que c'est de l'expérience, la répétition des gestes au quotidien qui aident dans la réussite d'un projet aussi grand que les "Meilleurs Ouvriers de France".

     

    • Que représente pour vous le titre "Un des meilleurs Ouvriers de France" ?

    Ce titre représente tellement... Comme je vous l'ai dis, il me fait rêver depuis mes 14 ans. Il représente la garantie d'une certaine rigueur, d'une précision et d'une qualité dans le travail ! Pour finir, je dirai surtout que le titre "Un des Meilleurs Ouvriers de France" représente l'héritage de plusieurs siècles de savoir-faire, un savoir-faire unique et exceptionnel qui est à l'origine du rayonnement de la France dans le monde entier. Porter ce titre est une immense fierté et à la fois une charge de ne pas écorché cet héritage et ce prestige. 

     

    • Quel était votre niveau d'étude au moment du concours ?

    Au moment du concours je disposais d'un BEP "Couture Floue", d'un Bac Professionnel "Artisanat et Métiers d'Arts Couture Floue", mais aussi du premier prix au Concours Général en "Couture Floue", et d'un BTS "Stylisme/modélisme" en alternance.

     

    • Quel était votre situation professionnelle au moment du concours ?

    J'étais indépendant lorsque je me suis inscrit au concours.

     

    • Depuis combien de temps étiez-vous en activité professionnelle au moment du concours ?

    Je travaillais depuis 2008, soit une dizaine d'année.

     

    • Comment vous projetez-vous dans les années à venir ? A quoi va vous servir ce titre ?

    Concernant les années à venir, rien n'est exclu, j'imagine toujours être à la tête de mon entreprise. Peut-être que j'aurai l'opportunité de former un(e) ou plusieurs apprentis lorsque je sentirai cette passion du métier vivre en eux. Cela serait une manière de "transmettre le flambeau" et pourquoi pas de les pousser et les encourager vers les portes du concours.

    Je suis amoureux de ma Bretagne, mais je n'exclus pas non plus d'exercer ma passion à l'étranger. En plus d'une reconnaissance personnelle et professionnelle, détenir le titre de "Un des Meilleurs Ouvriers de France" serait un réel atout et, là encore, un gage de qualité afin de promouvoir le savoir-faire Français.

     

    Contacter le COET-MOF

    COET-MOF
    61-65 rue Dutot
    75015 - Paris 15
    Téléphone : 01 55 55 98 49
    Fax : 01 55 55 99 19





    Votre message a bien été envoyé